rénovation énergétique siège de Groupama


Auxerre, France, 18 rue Guy Nemer, 89000

Légende


Date de réalisation: 2016

Photographe : Phototandem

Entreprise de pose : SMAC

Architecte : ATRIA Architectes

Maître d'ouvrage : Groupama

Références produits : Zéphir Evolution (équivalent Piterak Slim)

Teinte : Champagne, brun chocolat

Description


Le bardage comme un cocon protecteur Redonner vie à un bâtiment vétuste des années 70 en anticipant les évolutions climatiques des trente prochaines années au moins... Un défi de taille pour Annick Worobel et Jean-Pierre Bosquet chez ATRIA Architectes. Étuve en été, véritable chambre froide aux premiers frimas, le siège de Groupama à Auxerre ne permettait plus depuis des années aux salariés d’y travailler confortablement. Les architectes ont imaginé pour ce bâtiment un mur manteau en bois, isolé, recouvert d’un bardage terre cuite couleur champagne isolé également. Une solution en tout point conforme à la demande technique du client, et qui a permis une réduction de 50% de la consommation énergétique ! Mais également une enveloppe à l’esthétisme haut-de-gamme, qui a permis de redonner de la valeur à l’ensemble. Jean-Pierre Bosquet chez ATRIA Architectes “Le client a été réceptif à l’idée d’utiliser de la terre cuite, car il souhaitait un produit qualitatif et pérenne. La naturalité de l’argile a aussi joué dans son choix : autour de la Cité de l’agriculture se développent de nombreux projets en bio, des “drive fermiers”, etc. Lors des rendez-vous préparatoires, nous avons montré le produit au client, mais pas seulement. Constater au toucher que le bardage est solide, ne s’effrite pas, et qu’il est un vrai bloc de matière brute a achevé de le convaincre. Nous avons pris le parti d’une enveloppe totale en bardage. Mais nous avons rompu la régularité des lignes par des brise-soleil horizontaux orientables, et des pare-soleil verticaux colorés. Disposés de façon irrégulières sur les façades, ils amènent un complément de protection pour les lumières rasantes latérales et animent la façade. Les angles sont travaillés également, avec des systèmes rapportés. Nous avons joué avec la lumière sur tous les registres afin de créer une vibration changeante en fonction de l’heure, de l’endroit d’où l’on observe et du temps qu’il fait.”